Bess Saincte Merveille


 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Quand le passé rattrape le présent et détruit le futur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Bess
Admin
avatar

Nombre de messages : 2412
Localisation : Venta
Date d'inscription : 27/04/2007

MessageSujet: Re: Quand le passé rattrape le présent et détruit le futur   Sam 08 Mai 2010, 00:34

Aldraien a écrit:
Face à face.

Shiska lui tient tête, c’est prévisible, et elle ne peut rien faire contre. Pourtant elle s’entête, elle ne laissera pas la ramener à Laval sans avoir retrouvé Tlia, et elle veut le faire seule pour ne pas être dérangée dans sa vengeance par lui ou un autre. Pour ne pas être vue différemment par les Licornes, parce qu’elle a décidé d’agir comme elle a agi.
Elle est prête à affronter l’homme qui se trouve en face d’elle pour poursuivre sa route et l’idée qui la fait encore tenir debout, d’ailleurs elle sait d’avance vu le regard qu’il lui lance qu’elle va devoir l’affronter pour rester ici, parce qu’il la laissera pas faire. Et bien vite les paroles viennent confirmer l’attitude déjà bien suffisante de Shiska. Ses paroles sont dures, réalistes quelque part. Et pourtant elle ne lâchera pas si facilement l’affaire…Il ne la connaissait pas encore vraiment, mais n’importe qui l’ayant un peu fréquentée savait qu’elle était plus que têtue et qu’elle continuerait vers le but qu’elle s’était fixée.
Elle ne bouge pas, continue de soutenir son regard sans signe de faiblesse, presque de le défier de venir tenter de la faire bouger de là. Et il ne s’est pas fait attendre.
Il s’avança vers elle pour lui saisir le bras, signe que le jeu était fini. Mais ce n’était en aucun cas un jeu pour elle, ni une simple crise de nerfs, ce serait bien trop facile si c’était juste ça. Violemment, elle retire son bras, elle ne le laisserait pas l’attraper.


Lâche moi !!
C’était trop demandé, le voilà qui revenait déjà à la charge. Des mots, encore. Elle ne les entend pas, ne veut pas les entendre, elle veut rester et la chercher, seule. Elle aurait bien aimé se défendre, sortir son épée et le forcer à rester à l’écart, mais elle n’en a pas eu le temps. En moins de temps qu’il n’en fallait pour le dire, elle s’était retrouvée enserrée par la taille à ne plus pouvoir se dégager. Qu’elle maudissait ses jambes et son manque de réaction.
Non ! Lâche moi Shiska !!
Et elle se débattait comme une damnée la rouquine, pour échapper aux bras de celui qui tentait de la raisonner, distribuant les gifles dans sa lutte contre l’inébranlable. Elle n’avait pas encore déterminé si elle n’arrivait pas à se dégager parce qu’elle n’avait plus assez de force ou parce que Shiska en avait trop, mais en tout cas elle continuait à pester intérieurement, et extérieurement aussi d’ailleurs, contre cette situation qui l’empêchait d’agir. Elle se débattait, espérant vainement qu’ils se rendraient compte de son erreur, mais il ne pouvait pas s’en rendre compte car c’était pour lui la chose à faire. Parce qu’il ne connaissait pas le lien qui unissait la rouquine à l’Etoile, qu’il ne pouvait pas imaginer une seule seconde la douleur qu’elle ressentait à l’idée de La perdre.
Il n’avait pas compris qu’elle ne mourrait pas sans l’avoir retrouvée.

Elle hurlait, la rouquine, tentant de donner des coups, en vain. Il l’avait bel et bien maîtrisé, même si elle ne comptait pas abandonner. Des fois, quand même, elle maudissait sa condition de femme, parce que les femmes c’était foutrement moins musclées que les hommes…Y a quand même des inégalités. Bref, toujours est-il qu’elle se retrouva à jouer le sac de pommes de terre quand il la souleva comme si elle ne pesait rien du tout et la cala sur son épaule avant de se mettre à marcher dans le sens inverse de là où elle voulait aller. Bien sûr elle avait continué à lui crier de la laisser tranquille, de la lâcher, mais elle avait bien fini par se calmer, manquant d’énergie pour continuer le combat physique, ou oral. Résignée, parce qu’elle n’avait pas le choix, les larmes cependant avaient repris le dessus pour inonder ses yeux et transformer ses protestations en sanglots d’impuissance face à la situation. Etrangement, à l’aller, la route ne lui avait pas semblé si longue…sans doute parce qu’à l’aller, elle marchait seule et avait ses pensées qui étaient bien loin de toute notion de temps. Là par contre, elle voyait les minutes filer à une vitesse folle, aussi vite que la distance qui la séparait d’Antlia et qui ne faisait qu’augmenter à chaque pas de Shiska.
Malgré la longueur du voyage retour, au bout de quelques heures ils finirent tout de même par entrevoir les murs de Laval. L’heure devient être bien plus proche de l’heure du repas que de l’heure du lever du jour, et à présent la ville fourmillait d’activités en tout genre. Et les artisans les regardaient bien bizarrement alors que Shiska portait toujours la rouquine sur son épaule, croyant surement à un autre enlèvement. Et comme Ald, elle voulait pas d’un contrôle de douane, d’identité et tout ça, qui leur ferait encore plus perdre de temps, elle interpella Shiska.


Pose moi à terre, s’il te plait…Promis, je ne me sauverai pas…j’ai compris.
Elle avait compris que, pour l’instant, il valait mieux le suivre pour ne pas risquer de perdre encore plus de ce temps précieux qui s’égrainait entre ses doigts et contre lequel elle ne pouvait rien. Et puis de toute façon elle ne pouvait pas fuir, elle n’en avait pas la force, il la rattraperait vite et elle se retrouverait une fois encore à jouer le sac. Pendant de longues minutes, elle sent Shiska hésitant, se demandant certainement si c’était une bonne idée, et finalement, il finit par la remettre sur ses jambes pour le grand malheur de celles-ci qui s’affaissèrent sous le poids de la rouquine, poids que Shiska n’avait eu aucun mal à soulever, lui. Vacillante, elle se rattrapa à son bras pour éviter de s’affaler au sol et s’en servit pour se redresser.
Désolée…Allons à l’auberge, s’il te plait, je n’aime pas tous ces regards…
Excuse un peu à double-sens, mais bon, à voir s’il y verrait simplement l’excuse de se servir de son bras ou plus que ça. N’empêche qu’il était compréhensif, soit il n’aimait pas tous les regards qu’on leur lançait non plus, soit il avait pitié d’Ald, soit les deux en même temps, toujours est-il qu’il prit la direction de l’auberge afin de trouver un peu de calme et de pouvoir réfléchir si tant est que ce soit encore possible.
Le village n’était pas bien grand, et très vite ils arrivèrent là où ils avaient établi une sorte de campement, mais campement confortable, avec des aubergistes agréables, et tout et tout…Les yeux rougis, Ald pénétra dans l’établissement et fronça les sourcils en découvrant une cape qui ne lui était pas inconnue. Et puis rapidement, elle reconnue la chevelure, suivit du visage, bien que de profil, de la personne.

Sinda ?…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stangel.forumactif.com
Bess
Admin
avatar

Nombre de messages : 2412
Localisation : Venta
Date d'inscription : 27/04/2007

MessageSujet: Re: Quand le passé rattrape le présent et détruit le futur   Sam 08 Mai 2010, 00:34

Bess.scte.merveille a écrit:
[Laval, les rues, les habitants... et une furie ! namého !]

Bon c'est pas l'tout de blablater, on va peut être avancer un peu dans s't'histoire parce que sinon on va pas s'en sortir ....

Bref, nous avons une Bess partie courir les murailles de Laval, à la recherche d'informations. D'abord Mathieu qui se reposait évidemment aprés sa nuit d'astreinte. Il lui fallut donc convaincre l'épouse que c'était important, et c'est là qu'on se rend compte que négocier avec une femme c'est beaucoup moins facile qu'avec un homme. C'est qu'une femme est beaucoup moins réceptives aux attributs féminins que pourrait l'être son népoux. Ou alors elle est beaucoup plus réceptive et évite justement que tout attribut féminin n'approche du dit népoux. Aprés moult discussion et pour finir menace de sévices, la matronne alla quérir son homme, mais celui-ci n'avait rien vu.

Ensuite elle parti à la recherche du bleu qui tout pareil n'avait rien vu. A se demander d'ailleurs s'ils avaient gardés les yeux ouverts ! Enfin le bleu lui dit d'aller voir le boiteux, qui porte d'ailleurs bien son nom, qui lui avait bien vu Shiska sortir mais ne savait pas où mais qu'il avait l'air plutôt pressé.

En gros elle était pas plus avancée, sauf la certitude que Shiska était sorti. Le connaissant plus que n'importe qui ici, elle était certaine qu'il n'avait pas prit du bon temps, donc ... ben donc retour à la case départ !

Aprés toutes ses périgrinations, la journée était plus qu'avancée, l'heure du repas passée depuis des heures. Et malgré un estomac vide qui commençait à gargouiller, elle fit un détour vers la porte de la ville, sait on jamais comme par hasard hein ....

Le hasard faisant bien les choses (ben quoi ? c'est moi qui raconte !!! si j'ai envie que le hasard fasse bien les choses je fais ce que je veux ! d'abord) donc je disais que Bess arrivait aux portes lorsqu'un garde qui semblait montrer un chemin lui fit de grand signes. Apparemment un visiteur pour elle.

[Toujours en Laval, bien plus tard]

Rufus avait porté personnellement les propos de Cerrid. Nommer deux responsables ... elle en a d'bonnes la Pitaine ! avec 3 hommes dont un en moins ça lui laisse pas beaucoup de choix hein ... 'fin on f'ra avec comme d'hab hein ! Rufus avait bien évidemment demandé informations complémentaires qu'elle n'avait pas daigné donner dans sa missive. Bess lui expliqua les circonstances... enfin ce qu'on leur avait raconté évidemment, l'attaque dans la taverne, l'enlèvement devant témoin sans aucune réaction, les recherches qu'ils avaient déjà entamé.

Bess omit volontairement avoir "apparemment" perdu les deux seules Licornes encore disponibles. Aprés tout ils devaient pas être loin, et à bien y repenser, sans doute que Shiska avait vu quelque chose et s'en était occupé, mais sans savoir si c'était Ald ou Antlia, elle préféra taire les derniers évènements et voir venir.

Elle avait reprit le chemin de l'Auberge, Rufus ayant refusé un repos mérité pour repartir illico vers la Pitaine.

[Sur le pas de l'Auberge - rerouvailles]

Bess fut plus que ravie de voir que tout le monde était revenu au bercail, avec en plus une Sinda qui arrivait sans doute, encore couverte de la poussière du voyage. Shiska avait sa mine de loup renfrogné, les bras croisés et le dos droit, Ald échevelée mais bien portante, toujours la rage à fleur de peau.

Elle arriva comme un cheveu sur la soupe, mais à vrai dire elle n'en avait strictement rien à cirer. Le ton fut toutefois sec, il y aurait des représailles mais ça n'était pas encore l'heure... mais ça viendrait !


Sinda, tu tombes bien...

Le regard se fit dur alors qu'elle s'adressait à Ald

Toi on réglera ça ... mais plus tard, quand à toi Shiska j'ai bien l'intention d'avoir des explications !!!

Comment ça elle a pas l'air contente la Bessou ? ah bon ????

Sinda et Ald... la Cap à demandé que je nomme deux responsables. Vous êtes en charge de chercher Antlia, mais j'exige...Regard perçant à l'attention d'Ald, histoire de bien faire passer le message...des fois qu'elle comprendrait pas l'allusionaucune action téméraire, pas de bain de sang ... et bien entendu pas de vengeance aveugle

Bon tout le monde évidemment doutera que cela soit suivit à la lettre, tout du moins pour Ald, mais avec Sinda, que Bess connaissait depuis des années, compagnon d'armes avant même que Bess n'entre à la Licorne, elle n'avait aucun doute qu'elle ferait tampon.

Ald je te laisse expliquer tout en détail à Sinda pendant qu'elle se change et mange quelque chose de chaud.... ET CA N'EST PAS NEGOCIABLE !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stangel.forumactif.com
Bess
Admin
avatar

Nombre de messages : 2412
Localisation : Venta
Date d'inscription : 27/04/2007

MessageSujet: Re: Quand le passé rattrape le présent et détruit le futur   Sam 08 Mai 2010, 00:34

Shiska a écrit:
Crocs de sorti à l'attention des passants qui semblaient soudain se détourner de leur conversation de copinage et d'adultère présumé pour se concentrer sur le couple à peu fière allure qui traversait les rues. Ald était dans un état assez pitoyable, se reposant sur le loup pour marcher jusqu'à l'auberge. Le haut de son dos commençait à le lancer légèrement, les brulures dues aux coups et griffures des sautes d'humeur de son paquetage d'un jour se réveillant lentement. Mais ce n'était en réalité pas grand chose, seul l'intérêt pour la santé de la licorneuse importait. Ça... et ce qu'il allait prendre pour avoir agit sans en rendre compte à la louve...

[Auberge]

Bras croisé sur la poitrine et dos droit qui amplifiait encore plus que d'ordinaire la carrure du loup; celui ci observait avec un œil attentif les agissements de la licorneuse. Les retrouvailles avec Sinda étaient passés au second plan devant l'urgence de la disparition. Oh il était content de la revoir hein, ça y'avait pas de soucis. Mais disons que son dos lui rappelait doucement les priorités actuelles...

C'est alors que la louve fit son entrée, tous poils dehors (qu'elle a joli d'ailleurs). En parlant de poil je parles bien sur de cheveux hein... Soupire intérieur du Shiska. Premièrement parce qu'il était soulagé que la petite chef prenne enfin le relai de cette affaire qu'il avait du mal à gérer. Ben oui que des femmes c'est pas simple à gérer... Deuxièmement parce qu'il savait qu'il allait prendre une rince plus ou moins juste en privé. Soupire de circonstance donc, même si les raisons qui l'amenaient étaient totalement opposées.

Et la tempête ne se fit pas attendre, même si les propos restaient tout à fait dans l'ordre du correcte et du pesé, situation de chef oblige, Shiska connaissait assez bien sa louve pour savoir que l'inquiétude qui avait du incuber dans la tête de sa louve l'avait rendu folle de rage. Se détachant du mur, il leva ses orbites bleus vers ceux de la petite chef.


Aldraien a quitté l'enceinte de la ville sur une intuition... Je l'ai suivis pour être sur qu'il ne lui arrive rien. Nous avons retrouvé des traces de sang et des effets personnels appartenant à la licorneuse disparue mais ensuite aucune trace tangible n'a put être identifiée. Je l'ai ensuite ramené de force ici même.

On ne peut plus formel oui... il aurait bien le temps d'argumenter et de se faire engueuler en privé.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stangel.forumactif.com
Bess
Admin
avatar

Nombre de messages : 2412
Localisation : Venta
Date d'inscription : 27/04/2007

MessageSujet: Re: Quand le passé rattrape le présent et détruit le futur   Sam 08 Mai 2010, 00:35

Sindanarie a écrit:
[Entre retrouvailles et réveil de la Cap']

Impossible de dire combien de temps elle était restée dans l'auberge. Assez longtemps pour investir une petite chambre, monter le maigre paquetage qu'elle avait pris avant de partir comme une tempête du Mans. Assez longtemps pour redescendre sans prendre le temps de se changer, indifférente à la poussière qui la recouvrait. La poussière, elle s'en foutait comme de l'an quarante. Elle se fichait complètement de ce à quoi elle pouvait ressembler. Ce n'était pas l'important. L'important, c'était les autres. Il fallait qu'elle soit là lorsqu'ils reviendraient. Sindanarie était donc redescendue dans la grande salle de l'auberge pour les attendre. Il y avait, à sa connaissance, trois Licorneux, en dehors d'elle bien sûr, à Laval. L'un d'eux finirait sans doute par revenir.

Et la jeune femme se retrouva à arpenter la salle, sans prendre garde à ce que pouvaient faire les aubergistes, s'écartant de leur chemin au gré de ses pérégrinations. Elle se sentait comme un fauve en cage. Globalement. Et elle détestait ça. Dans des circonstances pareilles, elle avait besoin de bouger. La dernière fois que c'était arrivé, elle avait écrit à un certain Grand Maître... Bref, passons. Sindanarie tournait donc en rond dans l'auberge, jusqu'à ce que la porte en soit poussée. Le temps de se retourner vers ceux qui entraient, Aldraien l'avait déjà reconnue. Shiska, quant à lui, semblait surveiller leur Soeur, dont les yeux rougis n'étaient qu'une manifestation parmi d'autres de l'agitation qui devait la tenir. Un salut. Calmement. Pas de mots. Pas encore. Elle, elle devrait d'abord écouter pour saisir l'idée de ce qui se déroulait exactement.

Et là dessus, voilà qu'une ex-Cap' déboule. Ex-Cap', peut-être, mais du premier coup d'oeil, Sindanarie reconnut la Bess qui menait la COLM d'une main de fer. Ce constat lui arracha un léger sourire. C'était la Cap' qu'elle aurait suivi jusqu'en enfer qui venait de faire son entrée. Inclinant la tête pour répondre à son salut, la jeune femme se figea lorsque l'attention de l'Errante se reporta sur Shiska et Aldraien. Il y avait eu un souci, manifestement. Ca commençait mal. Ce ton-là n'était jamais bon signe.

Un simple hochement de tête à l'intention de son ancienne Cap'. Juste pour remplacer quelques mots. Compris, Bess. On trouvera ce qui s'est passé. Les précisions sur les modalités d'action, par contre... Eviter actions téméraires et bains de sang, ça ne serait pas forcément évident, peut-être même pas possible. Et ce, pour une kyrielle de raisons, dont les plus évidentes étaient : l'état d'Ald (dont nul n'ignorait, au sein de la forteresse de Ryes, le lien profond avec leur disparue), la personne sur laquelle elles tomberaient (s'il fallait se battre, même si elles auraient probablement l'avantage du nombre et de l'entrainement, on pouvait s'attendre à quelques effusions de sang), les caractères des Licorneuses, et la nécessité de prendre des décisions au fil de l'eau. S'il y avait un souci, il faudrait le régler sur place, en autonomie. Pas possible d'attendre l'arrivée de la cavalerie. Quitte à faire des choses imprudentes. La vengeance aveugle, par contre, ça, elle se sentait en mesure de la gérer. Les émeraudes toujours fixées sur sa camarade Limousine, Sindanarie hocha de nouveau légèrement la tête. Compris, Bess. Je ferai gaffe.

Mais il y avait (comme on dirait bien plus tard) comme de l'eau dans le gaz entre une Louve et son Loup, et il serait sans doute d'assez bon ton de s'éloigner avant que ça n'explose. Autant que le public s'éloigne. Se rangeant donc aux côtés d'Aldraien, Sindanarie passa son bras sous le sien pour l'entrainer vers la porte de l'auberge. Autant se mettre au diapason le plus vite possible. Manger attendrait. Il y avait mieux à faire. Aussi la jeune femme glissa-t-elle à sa rousse Soeur :


Dis-moi ce qui s'est passé, ce que tu as vu, ce que tu as reconstitué... Tu as une idée du chemin à prendre ?

Il fallait qu'elle sache. Le plus vite possible. Il fallait retrouver leur Soeur disparue. Et, de manière plus personnelle, il fallait qu'elle récupère une partie de son âme. Qu'elle se défasse de la chape de culpabilité qui pesait sur ses épaules depuis des semaines, depuis des mois peut-être. Dans tous les cas, elle n'avait aucune raison de trainer la patte en chemin. Loin de là. La bâtarde à sa ceinture n'attendait que de jaillir de son fourreau. Vengeance était prête à repartir. Et la jeune femme se sentait en état de partir au plus vite. Qu'importaient la tenue et le remplissage du ventre.

[Edité pour rectification d'orthographe]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stangel.forumactif.com
Bess
Admin
avatar

Nombre de messages : 2412
Localisation : Venta
Date d'inscription : 27/04/2007

MessageSujet: Re: Quand le passé rattrape le présent et détruit le futur   Sam 08 Mai 2010, 00:35

Aldraien a écrit:
Quelle surprise pour elle de voir sa sœur présente ici, dans l’auberge où ils avaient élu domicile. Mais à vrai dire, Ald était bien loin de se demander le pourquoi de sa présence. Ce qu’elle voyait, c’est que visiblement la nouvelle avait fait le tour de toute la Licorne, et que le Haut Conseil devait maintenant être au courant de l’enlèvement de l’Etoile, qu’il allait donc prendre des décisions et bouger, du moins elle l’espérait.
Elle détaille sa sœur du regard, de haut en bas, les yeux éteints avec seulement l’étincelle de la rage, elle s’apprêtait à reprendre la parole pour lui demander la raison de sa présence quand une autre personne pénétra dans l’auberge. Pour le coup, les yeux de Ald se fermèrent. Elle savait ce qui l’attendait, se doutant que c’était Bess qui venait d’entrer, sentant venir la réprimande. Mais elle avait accepté son sort en revenant ici, après tout elle avait désobéi délibérément aux instructions de la chef et s’était mise en danger de son plein gré, si elle était revenue c’était en sachant ce qui l’attendait. Elle avait besoin d’aide pour retrouver Tlia, et ses frères et sœurs étaient les seuls à pouvoir la lui apporter. Pour elle, elle était prête à accepter toutes les réprimandes, si dures soient elles.

Elle croisa le regard de Bess, mais n’avait plus la force de s’opposer à elle. Ce n’était pas contre elle qu’elle voulait se battre. Sa tête se baissa, acceptant par ce geste d’être punie si elle le désirait mais sachant pertinemment qu’il n’y aurait pas pire punition que celle de ne pas retrouver sa suzeraine. Elle se demandait à présent pourquoi les épreuves ne cessaient jamais, Tlia n’avait pas mérité ça, elle avait toujours œuvré pour le bien.
Le regard se relève alors que Bess reprend la parole après une courte pause et leur donne les nouvelles instructions. Ainsi, Ald ne s’était pas trompée dans sa « réflexion » si tant est qu’elle soit encore en état de réfléchir, le Haut Conseil était bel et bien au courant. Ce qui l’étonnait surtout, c’était la décision de Bess de la nommer responsable des recherches. Avait elle une idée de ce qu’elle ferait si jamais elle retrouvait le raclure qui avait fait du mal à Tlia ? Pensait elle que Sinda ferait tampon et l’empêcherait de faire une bêtise ? C’était peut être finalement la meilleure solution qu’elle prenait là, car de toute évidence la rousse ne se serait pas laissée écarter des recherches sans rien dire. Il n’était pas pensable d’imaginer un instant la laisser à l’écart vu le lien qu’elle avait avec l’Etoile.

Les conditions maintenant, parce qu’évidemment il y allait en avoir. La chef ne pouvait pas laisser partir Ald sans la mettre en garde, surtout après ce qui venait de se passer. M’enfin elle devait bien se douter que la rousse n’en écouterait pas un mot. Pas de vengeance ? C’était là une chose impossible pour elle, celui qui l’avait enlevé avait été trop loin pour s’en sortir indemne. Il avait fait trop de mal et il paierait pour ça. Elle le ferait souffrir comme il a fait souffrir Antlia. Peut-être Sinda essaierait elle de raisonner Ald, mais le doute était grand sur le fait qu’elle y arrive.
Elle avait sursauté lorsque Bess avait haussé le ton, elle ne s’y attendait pas et ses nerfs étaient à fleur de peau. Pas négociable…soit.
Pas le temps de donner sa réponse que déjà Shiska reprenait la parole et que Sinda l’entrainait dans un coin en la soutenant. Elle avait bien raison de la soutenir d’ailleurs, pas sure qu’elle soit capable de tenir debout toute seule, affaiblit qu’elle était par ce qu’elle avait vécu. Et une question qui avait suivi presque immédiatement, en tant que responsable des recherches, elle devait forcément être au courant de ce qu’elle avait trouvé si elles voulaient être efficaces. Alors elle se concentra, mettant un instant de côté sa rage, son regard se perdant dans le vague alors que les paroles s’échappent en cascade de sa bouche.


Elle a été enlevée par un certain Arminus…un anti Licorne que j’ai rencontré deux jours avant que ça n’arrive…Les gens en ville n’ont rien fait pour l’empêcher…je suis arrivée trop tard. D’après les villageois, il l’a blessé à la tête avant de l’emporter…ils sont sortis de la ville.
Après un long moment de recherches, j’ai retrouvé ses…ses habits, dans la forêt. Ensanglantés.

Sa main se pose sur la cape qu’elle a toujours sur les épaules, la cape souillée par le sang de la belle, le visage de la rousse se fermant un peu plus.
Cet homme ne va pas se contenter de la tuer…il cherche quelque chose…il veut marquer les esprit…J’ai peur de ce qu’il compte lui faire, ou de ce qu’il lui a déjà fait…
Il n’est pas revenu sur Laval, donc il est forcement parti dans le sens contraire, et cette forêt…elle va dans la direction du Mans. Je vois pas dans quelle autre direction chercher.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stangel.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quand le passé rattrape le présent et détruit le futur   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand le passé rattrape le présent et détruit le futur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Quand le passé nous tien...
» 8077 ? J'aimerais effacer les douleurs du passé comme on efface la craie.
» [RESOLU]quand c'est qu'on recontre la cha-cha
» Tu sais que GC devient trop important pour toi quand ...
» Mm-Tequila, panda terre 199 hésitant quand à son stuff

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bess Saincte Merveille :: Royaumes Renaissants :: Le reste du Royaume-
Sauter vers: