Bess Saincte Merveille


 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une nuit parmi tant d'autre (gargotte Orléanaise)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Bess
Admin
avatar

Nombre de messages : 2412
Localisation : Venta
Date d'inscription : 27/04/2007

MessageSujet: Re: Une nuit parmi tant d'autre (gargotte Orléanaise)   Mar 22 Juil 2008, 11:23

DeGaulles a écrit:
[Dans la pièce principale de l'Auberge]

Son envol avait fait plus de dégâts que prévu… jamais il n’aurait pensé la faire voler si loin, et lorsqu’il releva la tête, il la vit affalée contre le meuble. Vaguement, il murmura :

Désolé…

Il détestait se battre avec les femmes… Il n’y trouvait pas de noblesse ni d’intérêt… Devoir blesser leurs formes si douces au regard et tendres au toucher lui était détestable. A peine avait-il fini de murmurer, qu’il se redressa : un rapide regard circulaire lui permit de voir ce qu’il se passait alentours : les trois mercenaires qui affrontaient deux royalistes, et le tas de corps immobiles devant l’escalier…
Sans plus attendre, il se dirigea vers le seul combat dans cette pièce. Alors qu’il arrivait à portée du combat, il entendit un bruit de chut, un cri puis un bruit de cavalcade. Tournant la tête vers le couloir qui menait à la réserve, il fit un homme s’éloigner en courant, passant au-dessus du vétéran encore évanoui. Plus près de la pièce, affalé contre la porte ouverte, Deg’ vit un soldat, un jeune royaliste apparemment, qui s’effondrait, se tenant le flanc alors qu’il se déversait de son sang…

Le beau brigand reconnu alors le jeunôt qui était entré par l’arrière du bâtiment, puis il tourna son attention vers le combat devant lui.

Un rapide coup d’épée dans l’arrière de la cuisse de l’un des royalistes le fit chuter au sol. Alors que le mercenaire s’apprêtait à l’achever d’un coup d’épée, Deg’ retint sa lame de la sienne.


On n’achève pas un homme au sol. Casse-toi!

D’un vague geste de la tête, Angel lui indiqua la réserve, vers laquelle le mercenaire fila après un grognement, alors qu’il assommait le royaliste avec le pommeau de son épée.

L’autre combattant du Roy n’eut pas autant de chance : alors que le brigand s’apprêtait à aider ses comparses, le soldat fut traversé de part en part par l’une des épées des mercenaires.
Les deux hommes s’apprêtaient à partir vers la réserve, mais Deg’ en retint un par l’épaule.


Préviens les employeurs… Dis leur que j’arrive…

Le mercenaire acquiesça d’un signe de tête, et s’éloigna vers la réserve, avant de sortir du bouge. Lui et les deux autres purent ainsi rejoindre Orléans, après avoir fui à travers la forêt et s’être faufilés dans la ville par les catacombes.

Le beau brigand aux yeux électriques tourna ensuite son attention vers le reste de la salle… des meubles brisés, des bières renversées et quelques corps gisaient au sol. Angel s’observa de bas en haut : pas une blessure… c’était étrange… il avait le don d’être toujours touché, mais pas aujourd’hui…

Il raffermit sa prise sur la garde de son épée, s’avançant vers le centre de la pièce afin de remonter à l’étage…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stangel.forumactif.com
Bess
Admin
avatar

Nombre de messages : 2412
Localisation : Venta
Date d'inscription : 27/04/2007

MessageSujet: Re: Une nuit parmi tant d'autre (gargotte Orléanaise)   Mar 22 Juil 2008, 11:25

Kenneth a écrit:
[ En bas de s marches.]

Le temps avait sembler s’arrêter alors que les corps étaient en passe de s’effondrer sur lui. Sa visions n’était plus que celle d’un dos et soudain ce fut la chute dans laquelle il ne voyait plus que flou et couleurs formées par les mouvements rapides. Son corps tantôt heurtait les marches avec douleur et lourdeur tantôt roulait su les ceux qui l’accompagnaient. Puis soudain ce fut le choc contre le sol et sa tente rebondit d’un coup contre celui ci, l’envahissant d’une douleur qui était comme un écho dans son esprit.

Ses membres étaient entremêlé avec ceux des autres chuteurs, les contorsions dans lesquelles ses étreintes l’obligeaient a se trouver firent naître en lui une certaine a souffrance a me sure que ses muscle se tendirent. Puis ouvrant les yeux avec un grimace, il la vit. En face de lui il pouvait apercevoir le visage de sa fabuleuse commandante qui lui adressait un sourire triste avant que s’éteigne la lueur dans ses yeux et quelle glisse vers ce qui semblait être l’inconscience.
Une fureur emplit le cœur de Kenneth, Ainsi elle avait emportant dans le chute elle aussi, après une ascension en étant malmenée par les deux rustauds elle devait subir les affres d’un descente sans le moindre ménagement. Il devait venger Bess, il devait la sortir de ce fatras de corps et s’assurer qu’elle aille bien, il devait…. il devait…. Il ne pouvait plus ôter cette idée de son esprit. Autour de lui il entendait de grand bruit comme des corps qui se heurtaient avec brutalité ou du bois qui craquait. Il ne savait encore ce qui se passait autour d’eux mais pour l’heure peu lui importait.

Ses muscles se tendirent plus encore alors qu’il tentait de se dégager de l’étreinte dans laquelle il se trouver et repousser les corps des deux mercenaires. Il lui fallu t un long moment pour réussir son entreprise mais était parvenu à profiter d’avoir moins souffert de leur dégringolade que les deux ruffians pour les faire basculer sur les coté et se libérer ainsi. Son premier geste fut alors pour sa commandante et il la souleva du mieux qu’il put pour aller l’adosser contre le mur derrière lui. Elle était inconsciente mais respirait encore même si ce fut faiblement. Il n’était pas médicastre mais il lui paraît probable qu’elle n’aurait point de problèmes si ils parvenaient a sortir de là.

Se relevant, le jeune garçon regarda la pièce autour de lui, il faut surpris de ne voir qu’il n’y avait presque plus personne debout,. Il pouvait voir Finitou près d’une armoire cassée et au centre de la pièce le géant, Celui là encore qui lui semblait le cœur de tout ce qui était arrivé. Celui la même qu’il voulait abattre. Il serait le fruit de sa vengeance pour châtier les crimes commis envers son idolâtrée. Se baissant il ramassa deux lames qui reposaient au sol. Tendant une de ses nouvelles épée en direction du mercenaires, il réussit a articuler ces mots pour le défier.


Tu ne sortira pas vivant pas d’ici j’y veillerais.

Ses yeux lancèrent des éclairs en marque de sa détermination puis il se mit a avancer, brandissant l’un d’une ses lame alors que l’autre pointait vers le ventre de son adversaire.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stangel.forumactif.com
Bess
Admin
avatar

Nombre de messages : 2412
Localisation : Venta
Date d'inscription : 27/04/2007

MessageSujet: Re: Une nuit parmi tant d'autre (gargotte Orléanaise)   Mar 22 Juil 2008, 11:27

[quelque part où qu'y fait gris et où ske ça fait mal]

Nuit noire
- Chef ?
- D'puis quand tu m'appel chef ? naméo !
- Vi m'amour pardon...
- Non mais t'es pas tout seul dans ta tête toi hein !
- Ah ben tiens...en parlant de ça
- Quoi ?


Lac gelé, derrière le bois du Dragon...Venta
Et le loup la regarde, tu ferais un bon morceau toi....
- Moui tu parles, avec le rationnement c'est sûr...


Forêt Vannetaise, pas loin du dragon
Et le merle la regarde, An douar so kozh med n'eo ket sod !!!
- Mais d'puis quand tu parles breton toi
?

Sur les routes du Poitou
Et Yuan la regarde, dites Ma Bess ? Z'avez interet a ne pas emmerder vot' monde en orleanais hein ! D'ailleurs les pauvres, entre les bretons et vous et vos bouchons je me demande pour qui ils auront le plus a faire
- Mes bouchons n'ont rien à voir là d'dans ! pi d'abord c'est les bretons que je tape !


Nuit noire
- M'amour ?
- Oui ?
- Le bébé il va bien hein ?
- Non en fait ...je crois pas là


Brouillard
Et le merle s'envole, Ar c'hi ne bak ket pelloc'h eged e stag !!!
- La ferme ! chui occupée ! Ca fait maaal !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stangel.forumactif.com
Bess
Admin
avatar

Nombre de messages : 2412
Localisation : Venta
Date d'inscription : 27/04/2007

MessageSujet: Re: Une nuit parmi tant d'autre (gargotte Orléanaise)   Mar 22 Juil 2008, 11:28

Zakuro a écrit:
[A l'extérieur]

Cela faisait longtemps que le troisième groupe attendait dehors, une petite brise d'été c'était levée, le ciel était sans nuage, ainsi on pouvait bien apercevoir la lune.. les étoiles.. Zak était pensive mais tout comme les 3 autres soldats, elle s'ennuyait, elle était impatiente, emplie de haine aussi, mais ces sentiments là étaient mêlés à la peur, une grande appréhension... Le groupe devaient être prêt, si jamais des mercenaires s'échappaient, n'en laisser aucun vivant.

De l'extérieur, on entendait des cris, qui donnaient des frissons parfois, il y avait des bruits de lames qui s'entrechoquaient, des bruits de meubles cassés, chaises, tables... Avec tout ce brouhaha, on pouvait imaginer la scène... chaque combats, chaque coups d'épées.

Au fur et à mesure que le temps s'écoulait on entendait de moins en moins de bruit, les mercenaires n'arrivaient pas, pourtant ni le groupe dirigé par Bess, ni celui de Finitou, n'étaient revenu et ce n'était pas normal...

Zak décida alors d'entrer dans la taverne suivie des 3 autres soldats, mais en discrétion. Peut-être avaient t-ils besoin de renfort ? N'était-ce pas trop tard ? Elle l'espérait en tout cas...

Elle franchit le seuil de la taverne.. Les 4 soldats avaient imaginés une centaine de scénario.. mais aucun n'auraient pu penser à un tel carnage. Il y avait du sang un peu partout.. des flaques de sang.. accompagné de leur corps sans vie, royalistes et mercenaires, sur une table étaient allongés deux hommes, deux ennemis du Roy, blessés... ils respiraient faiblement. Zak ne pouvait pas les tuer, sans les avoir affrontés, cela serai d'une lâcheter tel, qu'elle en aurai honte, et puis ils allaient surement succomber de leurs blessures...

Tournant légèrement la tête, elle vit Bess prêt des escaliers inanimée.. hors combat ! Puis ensuite Finitou à moitié levée contre un mur, à côté d'un armoire cassée visiblement sonnée.

Vers la réserve, Zak, aperçut des corps.. mais c'était trop loin pour qu'elle puisse bien voir ce qu'il c'était passé là-bas.

Et enfin ces yeux se posèrent sur un mercenaire.. le dernier encore debout. Il était impressionnant, on aurait dit qu'il avait une tonne de muscle, l'état de la pièce était tel, qu'on savait qu'un dur combat avait été livré, mais étrangement, lui n'avait aucune blessure, et il semblait en pleine forme. Zak sentit la peur monter en elle, son rythme cardiaque était de plus en plus fort...

C'est alors qu'un homme se jeta sur lui, elle ne le connaissait pas, il avait l'air d'un jeune soldat. Mais affronter ce colosse seul était de la folie douce.
Du courage, oui du courage, c'était cela qui lui fallait. Reprenant son souffle elle arriva à se calmer légèrement, assez pour dire au soldat de la suivre toujours discrètement, qu'il allait falloir se battre, un petit sourire d'encouragement et les voilà partis.

Se faufilant le plus discrètement possible elle arriva prêt du géant.. sans se faire remarquer et tenta de l'assommer avec le pommeau de son épée, certes par derrière mais vu l'ossature du colosse et celle de Zak, il fallait bien avoir quelques avantages !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stangel.forumactif.com
Bess
Admin
avatar

Nombre de messages : 2412
Localisation : Venta
Date d'inscription : 27/04/2007

MessageSujet: Re: Une nuit parmi tant d'autre (gargotte Orléanaise)   Mar 22 Juil 2008, 11:34

DeGaulles a écrit:
[Dans la pièce principale]

Le beau brigand vit le morveux,s e relever, chancelant, puis le menacer. Il lui sourit, son regard mêlé d’un soupçon de moquerie, et en même temps d’admiration. Quelle idée, un si jeune soldat, sans doute inexpérimenté, qui allait tenter de l’affronter lui, qui avait défait des dizaines d’adversaires.

Il s’apprêtait à se tourner vers le comptoir pour attraper une bière, lorsqu’il entendit un craquement derrière lui. Pas le temps de se retourner qu’i reçut un coup sur le crâne… Pas assez pour le blesser ou l’assommer, al force qui l’avait frappée était faible par rapport à la sienne, mais il sentit sa vision se brouiller.

En simple réflexe, il se retourna en faisant décrire un large arc de cercle à son épée. Il sentit son épée s’enfoncer dans des chaires, puis entendit le bruit d’une chute, alors qu’il reculé, la vision troublée par la douleur, jusqu’à buter contre un mur.


raclure de lâche… bouseux d’cul d’poule de royalistes! Attaquer en lâche un homme seul…

Sa vision revint rapidement, et il vit l’homme qu’il avait touché, effondré sur le sol, le flanc profondément ensanglanté. Son sang se répandait sur le sol en une vaste mare, et il leva ses yeux vers celle qui était rentré sans qu’il s’en aperçoive.

Z’avez rien d’mieux à foutre que m’faire chier là? Vot’ chef est entrain d’claquer…

Il fit un vague signe de tête vers le tas de corps, la belle Bess toujours affalé en plein milieu. Son regard se porta alors vers le jeunôt, qui n’arrêtait pas de le défier. Ce coup sur le crâne l’avait rendu fou. Il haïssait cela, les attaques en lâche. Se redressant de toute sa haute stature, il raffermit sa prise sur ses armes.

C’est votre dernière chance. Partez, ou peu d’entre nous sortirons vivants d’ici…

Un court instant, son regard se porta sur Bess, vérifiant que sa poitrine se soulevait toujours. Parfait, il put concentrer à nouveau son attention sur les 4 royalistes qui lui faisaient encore face : il y avait le morveux, qui tenait ses épées comme des poireaux selon Deg’. La jeune, qui avait tenté de l’assommer en lâche. Cette garce, il la ferait souffrir. Les deux autres, c’était des soldats tout ce qu‘il y a de plus classique… sans doute des lâches, vu leurs regards terrifiés alternativement vers Deg’ puis vers le corps recroquevillé et gémissant de leur confrère au sol.

Réfléchissez bien…

Il leur sourit, mais cette fois, ce n’était plus le même sourire amical et presque paternel qu’il avait offert à la jeune femme qu’il avait affronté auparavant. Cette fois, ses lèvres formaient un sourire sadique, ses yeux étaient emplis de haine, et il semblait que toute la douleur qu’il avait gardé en lui pendant ces longs mois allait exploser, dévastant tout sur son passage. D’un vague geste de la tête, il leur montra le corps à leurs pieds, le visage de l’homme déformé par la douleur alors qu’il continuait de se vider de son sang.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stangel.forumactif.com
Bess
Admin
avatar

Nombre de messages : 2412
Localisation : Venta
Date d'inscription : 27/04/2007

MessageSujet: Re: Une nuit parmi tant d'autre (gargotte Orléanaise)   Ven 25 Juil 2008, 02:14

finitou a écrit:
[au pied des marches]
Corenthine reprit peu à peu ses esprits, elle n'aurait su dire combien de temps elle avait été "absente". A voir la scène sous ses yeux certainement pas longtemps.
Le groupe en retrait à l'extérieur, mené par Zakuro était enfin rentré pour leur prêter main forte.
Des corps gisaient deçi delà. Des gémissement et des râles envahissaient la pièce de la froideur de la mort toute proche pour certains d'entre eux.
Bess était encore allongée en bas des escaliers pendant que Kenneth s'était relevé et provoquait l'homme...celui qui donnait le plus de mal aux soldats, celui qui faisait le plus de dégâts. Il fallait le maîtriser, le tuer, le mettre hors d'état de nuire. Même un vigoureux et imprévisible coup dans la tête ne fit pas tressaillir le géant.
Corenthine regarda les soldats tous au combat et elle, dans son coin était presque invisible. Elle en profita pour se jeter en bas des escaliers pour voir Bess. Elle se pencha sur la jeune femme aussi blanche que la mort.
La chef barbière posa un doigt sur sa gorge.

Oufff.... Tu respires ma belle. Accroches toi....
Cette bataille interminable avait usé les nerfs comme la santé des soldats. Maintenant c'était bess qui était mal en point. Corenthine la descendit des marches tout doucement et la mit dans un coin plus à l'abri. Elle la retourna et constata une énorme tache de sang sur ses braies. Son coeur fit un bond. Qu'est ce que c'était donc???
Pour le moment, il fallait la mettre e lieu sûr et commençait à lui prodiguer les premiers soins. Mais ici, au milieu de toute cette agitation, ce n'était pas possible.
Corenthine vit une ombre au dessus d'elle, un des mercenaires assommé dans l'escalier avait reprit du poil de la bête, n'ayant pas le temps prendre son épée au sol car de toute façon il était déjà trop proche d'elle, corenthine prit sa dague, dans un geste véloce et précis, et planta celle-ci dans le ventre de l'homme prêt à l'attaquer. Elle enfonca la lame jusqu'au bout et la tourna vivement dans les entrailles de son assaillant. L'homme tomba assis puis couché. Sa poitrine montait et descendait. La grande faucheuse effleurait ses lèvres de plus en plus bleues pour un dernier baiser froid.
Corenthine se pencha sur Bess la regarda respirer une seconde puis partit au devant du géant à qui elle devait la revanche de l'armoire. Celui-ci avait perdu toute trace d'humanité dans son regard.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stangel.forumactif.com
Bess
Admin
avatar

Nombre de messages : 2412
Localisation : Venta
Date d'inscription : 27/04/2007

MessageSujet: Re: Une nuit parmi tant d'autre (gargotte Orléanaise)   Ven 25 Juil 2008, 02:14

[...]
- Tu aurais du te reposer je pense
- Oui je sais maman.
- C'est pas dire je sais que tu aurais du, c'est le faire
- Oui maman, je vais le faire... maintenant
- Non maitenant c'est pas l'heure
- Oui mais là je suis fatiguée
- Il n'est pas encore temps ma chérie
- Pourtant j'ai l'impression que si
- Non maintenant tu as autre chose à faire

La brume se lève sur le lac, il est tranquille, tant mieux parce qu'elle est au milieu...sur une barque. Son coeur manque un battement, elle tend les bras d'un geste bruque pour attraper les bords, faisant ainsi tanguer l'embarcation. Elle reste là tétanisée, n'osant quasi respirer.

- Tu ne peux pas rester là
- Maman... pourquoi tu as fais ça ?
- Oh mais je n'y suis pour rien.
- Alors pourquoi suis-je là ?
- Regarde ma chérie, regarde là bas

Elle suit le doigt tendu de sa mère, dirigé vers la berge, là ou se dresse le Bois du Dragon.
- Regarde, tu es attendue, mais je crois que tu dois faire vite ma chérie.
Elle plisse les yeux, deux petites formes lui font signe de la berge, elle sent le sang quitter ses joues en reconnaissant Alessandro et Bastian.
- Regarde ma chérie, regarde bien.
Derrière les deux bambins un encapuchonné, épée à la main, s'approche doucement.
- Tu as peu de temps, dépèches toi !
...
Les enfants sont loin.... et l'eau est si ... calme...le calme avant la tempête ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stangel.forumactif.com
Bess
Admin
avatar

Nombre de messages : 2412
Localisation : Venta
Date d'inscription : 27/04/2007

MessageSujet: Re: Une nuit parmi tant d'autre (gargotte Orléanaise)   Ven 25 Juil 2008, 02:15

Kenneth a écrit:
[Dans la pièce principale.]
Ses mains se serrèrent plus encore sur les gardes de ses armes et une lueur de folie empli ses yeux quand il vit le mercenaires se détourner de lui pour se rendre au comptoir. Son attention était totalement focalisé sur celui qu’il vouait comme l’exutoire a la rage qui l’habitait. Tous rufians ici présent avaient osé amener la situation qui avait blessée son idolâtrée. Il fallait que quelqu'un paye et il était maintenant le seul.
IL faisait si peu attention a ce qui se produisait autour de lui qu’il faut surpris de voir le géant se retourner vivement pour frappé d’autre soldats entrés dans la taverne. Son regarde se porta sur eux et il reconnut Zakuro. Ainsi le dernier de leur groupe au moment le plus opportun. L’un des leur reposait déjà a terre , tombé sous la lame du soudard devant eux. Alors que celui ci leur parlais rapidement pour les pousser a partir et le laisser tranquille, Kenneth regardais tour a tour le cadavre, le géant et les autres soldats présents. Certains paraissaient terrifiés par ce qui venait d’arriver et l’assurance qui se dégageait du mercenaire. Mais qu’importait, il était quatre, peut être même cinq si Finitou venait a leur aide, et lui était seul. Même si il était un combattant aguerri, il ne pourrait certainement faire face longtemps a leur assaut combiné sans faiblir, surtout après les combat qui s’essaient déjà déroulés.
Gardant ses armes levées, il avance encore d’un pas.

C’est tout réfléchi pour mi, tu sera celui qui mordra la poussière, dusse t’y accompagner pour m’en assurer. Tu n’as fait le bon choix quand tu as décider d’offrir ta lame a la Bretagne plutôt qu’au Roy. Et ne parle plus jamais de la Commandante…..
Sans même attendre de voir si les autres soldats le suivent dans son attaque et poussé par sa rage bouillonnante, le jeune hommes fait décrire un arc de cercle oblique a l’une de ses lames en se jetant sur le géant. Et son arme toucha….

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stangel.forumactif.com
Bess
Admin
avatar

Nombre de messages : 2412
Localisation : Venta
Date d'inscription : 27/04/2007

MessageSujet: Re: Une nuit parmi tant d'autre (gargotte Orléanaise)   Ven 25 Juil 2008, 02:15

DeGaulles a écrit:
Le morveux continuait de faire le malin… Décidément, sa taille n’était pas à la hauteur de la largeur de sa gueule… Soudainement, il s’élança en avant : c’est qu’il était vif, le morveux. Le beau brigand se laissa légèrement surprendre, et un bruit de déchirement indiqua que sa chemise venait de prendre un coup. Une douleur suivit, et Deg’ compris qu’il venait d’être blessé, et sentit son sang couler le long de son ventre depuis la blessure sur son torse.
Le gamin n’eut pas le temps de poursuivre son action, que déjà Deg’ le frappait avec son bouclier en plein nez, la dague qu’il tenait dans la même main glissant sur sa joue, manquant de peu son œil et entaillant profondément son visage, alors qu’il frappait la cuisse du jeune homme de son épée.
Brutalement, comme coupé dans son élan, Angel se crispa : une lame venait de se glisser sous son omoplate, et déjà le sang coulait. En effet, l’un des nouveaux arrivant avait reprit du poil de la bête, et lâchement l’avait attaqué par derrière enfonçant une dague dans son dos.
La douleur était trop importante, et il lâcha sa dague, le bouclier ne tenant plus que par la sangle à son avant-bras. Il recula, la douleur l’empêchant de libérer toute la rage qu’il avait en lui. Il murmura, grommelant plus que parlant.

Vous… êtes… des lâches…
Le petiot qui l’avait blessé à l’omoplate se figea de stupeur et de terreur, alors que le brigand se tournait vers lui. Le temps semblait s’être arrêté, alors qu’ils se fixaient un court instant droit dans les yeux, le royaliste tremblant de tout son corps alors que la chemise de Deg’ se tâchait de sang des deux côtés.
Le coup fut vif, presque imperceptible, et la tête du soldat chuta lourdement au sol, tranchée net.
Son épée ensanglanté à la main, le brigand tomba à la renverse, la douleur devenant trop forte. Il s’appuya sur les marches avec le coude, tentant de se relever, marmonnant :

Allez-y… qui pour me défier? Ahhhhh ****** de dague… Gémissement de douleur, alors qu’il parvient enfin à se lever, se tenant presque droit malgré sa force faiblissante. Il le sent, oui il le sent : c’est son dernier combat. Il a déjà perdu trop de sang oh oui, beaucoup trop de sang pour pouvoir aller jusqu’à la ville chercher du secours.
Alors?
Regard de défi, toujours rageur et électrique, vers les 2 derniers soldats, la jeune femme qui vient d’entrer, et son compagnon. Vague geste de la tête vers le jeunôt au nez brisé par le bouclier, puis vers le corps décapité.
Qui pour finir ainsi?
Il ne les lâche pas des yeux. Ne pas montrer que l’on souffre, non, ne pas le montrer. Sa chemise déchirée le gêne, et d’un rapide geste il l’ouvre, pour être plus libre de ses mouvements. Par la même, il dévoile ainsi son torse musculeux, et son ventre fin et musclé. Malheureusement, il dévoile également ses pectoraux profondément entaillés, son sang continuant de couler le long de son ventre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stangel.forumactif.com
Bess
Admin
avatar

Nombre de messages : 2412
Localisation : Venta
Date d'inscription : 27/04/2007

MessageSujet: Re: Une nuit parmi tant d'autre (gargotte Orléanaise)   Ven 25 Juil 2008, 02:15

finitou a écrit:
Le géant était mal en point, tailladé de tous les cotés, sa force commençait à décroitre.
Kenneth et Zak étaient tout proche de lui.
Malgré cela, un soldat tomba net, la tête tranchée...Elle tomba avec un bruit sourd et une giclée de sang fut projetée sur corenthine.
Elle ferma les yeux de dégout.
Corenthine se posta devant le colosse, ne l'attaquant pas pour le moment. Il était déjà aux prises avec deux autres royalistes. Elle ne pouvait venir interférer sous peine de faire passer les soldats du Roy pour des lâches.

Rend toi idiot....tu vas périr si tu continues...

Elle se doutait qu'il préférait la mort à la captivité.
Bess était toujours dans un coin immobile, aussi pâle que la mort.
Vivement que cette altercation cesse. Ils risquaient tous leur vie dans ce coupe gorge.
Une fois le géant vidait de ses forces, ils pourraient tous y voir plus clair et finir d'achever les derniers rebelles tranquillement.
La chef barbière pourrait enfin s'occuper de Bess car son état était très préoccupant.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stangel.forumactif.com
Bess
Admin
avatar

Nombre de messages : 2412
Localisation : Venta
Date d'inscription : 27/04/2007

MessageSujet: Re: Une nuit parmi tant d'autre (gargotte Orléanaise)   Ven 25 Juil 2008, 02:15

finitou a écrit:
En tant que plus expérimentée, corenthine restait vigilante. Il y avait déjà eu assez de mort pour ce soir.
Elle fixa le géant aux yeux d'acier et elle vit un filet de sang noirâtre coulée de sa bouche et de son nez.
Elle écarquilla les yeux et le regarda.
Il avait le regard hagard...
Elle s'approcha de Kenneth et Zak.

Il en a plus pour longtemps. Ses poumons sont touchés...il va s'étouffer peu à peu puis mourir. Il n'y a plus rien à faire.

Corenthine fixait le valeureux mercenaire. Un homme fort et vaillant malgré tout. En d'autres circonstances, elle aurait aimé combattre à ses cotés mais les idéaux divisaient et créaient les guerres.
Quand aurait elle finie cette guerre???
Les familles pleuraient leurs disparus dans les deux camps. Des enfants ne connaitraient jamais leur parent. Veuves et orphelins appréhendaient les affres de la guerre.
Corenthine s'écarta un peu. Elle était soldat, bras armé du roi mais aussi barbière...là pour sauver des vies.
Dans le feu de l'action, un ennemi était dangereux et on devait l'éliminer sans faire dans la dentelle mais après la bataille passée, elle constatait des dégâts. Que de vies s'étaient arrêtées ce soir.
Une descente dans un bouge s'était transformée en tuerie. Ils avaient réussit à gagner la partie mais à quel prix?
Bess évanouie c'est corenthine qui prit les choses en main. Elle héla les trois hommes qui étaient rentrés avec Zak.

Allez de suite chercher les chevaux et les charrettes laisser plus loin. Dépêchez vous!!!

A deux autres soldats juste un peu commotionnés...
Vous...récupérez les blessées et les morts. On les mettra dans deux charrettes différentes...
Les deux ou trois mercenaires restant, c'étaient vite fait la belle en les voyant avoir le dessus. Le bouge était enfin vidée de tout félons.
Seuls les proprio des lieux se demandaient encore ce qui c'était passé dans leur établissement.
Corenthine passa devant eux.

Ca vous servira de leçon d'héberger des anti royaliste sous votre toit. Vous aviez qu'à les chasser....Hauts les coeurs et Vive le ROY!!!!
Corenthine se dirigea vers Bess et se mit à genoux. Elle délirait et balbutiait des choses incompréhensibles.

Enfant.....naméo....maman....
Corenthine fronça les sourcils. Tout ça n'envisageait rien de bon.
Soudain un bruit sourd se fit entendre. Corenthine tressaillit un peu...c'était le valeureux géant qui était tombé de tout son poids.
Elle demanda à Zak et à Kenneth de l'aider à transporter bess dès que les charrettes seraient là.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stangel.forumactif.com
Bess
Admin
avatar

Nombre de messages : 2412
Localisation : Venta
Date d'inscription : 27/04/2007

MessageSujet: Re: Une nuit parmi tant d'autre (gargotte Orléanaise)   Ven 25 Juil 2008, 12:03

[...]
- oh maman j'ai maaal
- dépêches toi Bess, le temps passe.

La barque tangue,
les flots s'assombrissent,
la berge vient de disparaitre avec les enfants et la menace, sous un épais brouillard.
Le dragon s'approche, elle sent ses propres entraillent se déchirer sous une douleur aveuglante.

- Tarrelian ! laisses-le moi
- L'horreur n'est elle pas plus belle quand elle prends les traits d'un être cher?

Le dragon est là, il fulmine.
La mort et en elle,
et la barque tangue,
le merle baraguine,
le dragon crache,
Tarrelian rit,
Erwan l'aime,
le loup s'en est allé.
La barque se retourne.
Eveil douloureux. Images floues, le feu brûle en son ventre
.
- Erwan...Le bébé.
Une main poisseuse sur son front, ouvrir à nouveau les yeux, rictus douloureux.
- Shiska ? Il va prendre mon bébé... empêches le
Elle est trempée, elle se sent trempée, c'est poisseux, c'est chaud...j'ai mal. Ouvrir les yeux, regarder et savoir...
- Coren....tine ? Le bébé.... mon bébé.... j'ai mal.
Le noir, ça fait mal quand même, elle tombe, je tombe, il fait froid, ma tête, j'ai mal....

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stangel.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une nuit parmi tant d'autre (gargotte Orléanaise)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une nuit parmi tant d'autre (gargotte Orléanaise)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Un commandant de U-boot parmi tant d'autre
» Une commande parmi tant d'autre :D
» [Campagne de l'Orléanais... mémoires d'un brigand]
» Un petit iop parmi tant d'autres [refusé]
» Un chasseur parmi tant d'autres ^^

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bess Saincte Merveille :: Royaumes Renaissants :: Le reste du Royaume-
Sauter vers: