Bess Saincte Merveille


 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Contes et légendes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bess
Admin
avatar

Nombre de messages : 2412
Localisation : Venta
Date d'inscription : 27/04/2007

MessageSujet: Contes et légendes   Ven 08 Juin 2007, 17:22

Shiska a écrit:
En fouillant dans ma malle à l’étage de la boutique j’ai retrouvé une série de parchemins dont on m’avait fait cadeau. Un vieux marchand qui venait de la région de catalogne dans le sud du pays. Il m’avait fait part de plusieurs légendes du pays que j’avais soigneusement noté dans ces pages. En ses périodes de fêtes je vous en délivre quelques exemplaires. La plupart sont plutôt tristes mais souvent emplis d’enseignements. Le premier est un petit Conte sur la création des oiseaux :

Un jour, le diable et le bon Aristote se disputaient.
_Moi aussi, affirma le diable, je sais faire des oiseaux.
_D’accord, fais-en quelques-uns. On verra bien lequel sera le plus joli, le plus gracieux.
Aristote et le diable, chacun de son côté, travaillèrent une journée entière.
Aristote fit le rossignol.
Diable fit le geai.
L’un était léger et gracieux, l’autre méchant, criard et antipathique. C’est depuis ce temps-là que l’on dit que le geai est l’oiseau du démon.
Quand le diable entendit chanter le rossignol, son nez s’allongea quelque peu. Il dit au bon Aristote :
_Je le reconnais, ton oiseau chante bien. Mais mis à part cela, le mien est plus fort, plus beau. Si tu veux, mettons-nous à en faire un autre, et tu verras, j’en ferai un bon chanteur.

Aristote et le Diable se consacrèrent toute une longue journée à ce travail.
Aristote fit le chardonneret, vif et joyeux, diable fit une chouette noiraude et ensommeillée.
Le diable fut à nouveau déçu.
_J’ai oublié, avoua-t-il, de donner à mon oiseau la possibilité de chanter. De plus, il préfère la nuit au jour, mais avoue que mon oiseau est plus fort, plus gros.

Aristote et diable recommencèrent à créer des oiseaux jamais le diable ne s’avouerait vaincu.
Après une longue journée de travail, Aristote fit la linotte, vive et agile. Diable, après avoir fortement réfléchi, fit le coucou, insipide et vulgaire.
Lorsqu’ils se présentèrent leurs créations, le diable ne se hasarda pas à faire chanter le coucou. Mais il était toujours très content d’avoir fait un gros oiseau.
_ Maintenant, il faudrait faire un oiseau très gros, déclara-t-il, sûr de sa victoire.
Aristote fit l’aigle, courageux et arrogant. Diable fit l’effraie, peureuse et traîtresse, qui ne sort que la nuit.

Diable, pourtant, ne s’avoua toujours pas vaincu.
_Ton aigle, dit-il, est plus gros que mon effraie, mais on ne peut pas les comparer sur le plan de la grâce, de la vivacité. Si mon effraie n’est pas plus grosse, c’est que je n’ai pas eu beaucoup de temps pour la faire. Allons, remettons cela. A nous de faire le plus gros des oiseaux.

Aristote le sage voulut expliquer à diable que la grosseur n’était pas très importante pour les oiseaux. On pouvait réussir de petits oiseaux. C’est pour cela qu’il crée le moineau, remuant et bondissant, vif comme une étincelle. Diable fit le corbeau, noir comme l’enfer, grossier, sans le moindre bon sens.

Diable, en voyant le moineau si petit, éclata de rire.
_Tu es convaincu maintenant, dit-il, que je suis plus fort que toi.
Aristote haussa les épaules. Il en avait assez. Il ne voulait plus combattre le diable avec des oiseaux. S’il avait insisté, sans nul doute aurions-nous eu maintenant d’autres espèces que nous ne connaîtrons jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stangel.forumactif.com
Bess
Admin
avatar

Nombre de messages : 2412
Localisation : Venta
Date d'inscription : 27/04/2007

MessageSujet: Re: Contes et légendes   Ven 08 Juin 2007, 17:26

Shiska a écrit:
A Ventadour, il existe de drôles de choses, des personnages étranges ou encore des phénomènes inexpliqués, le genre de choses que l’on raconte au coin du feu pour se faire peur et pour faire rêver les enfants, tout en se gardant bien de dévoiler le vrai du faux. Là se n’est pas le cas, enfin presque…ces personnes ont bien existées, et existent encore.

Mais elles sont rentrées dans la mémoire collective et dans les histoires racontées au coin du feu, passant peu à peu de la réalité à la fantaisie. Ces personnes font partie de l’histoire de notre village, au même titre que les anciens maires ou le vieux clocher. Ces personnes…se sont Les drôles de dames.

Oui je sais les enfants les moins crédules me dirons : « mais Mr. votre histoire on la connaît par cœur. Et pis on sait bien que des dames avec des grandes dents qui mordent les enfants pas sages ça existe pas ! ». Et je leur répondrais avec un sourire malicieux qu’on ne peut jurer de rien avant d’entamer le récit de ces fameuses dames.

"Il y a quelques temps déjà, dans le petit village de Ventadour dont le calme des pêcheurs faisait écho à l’eau bleue du lac, se réunissaient plusieurs femmes dans une taverne le soir venu. Ces femmes étaient appelés les « drôles de dames » par les habitants du village et les habitués de la taverne. Quel nom étrange pour un groupe de femmes qui se réunissent le soir pour discuter ? D’autant plus étrange et intriguant pour le simple voyageur ou bien le nouvel arrivant qui rencontre une de ces belles femmes en plein jour sur la place du marché et qui est tout de suite saisi par leur gentillesse et leur courtoisie. Comment peut on se méfier de se groupe de femmes lorsqu’on les rencontre en taverne alors que celles-ci sont parmi les femmes les plus aimables et appréciés du village ?

Un nouvel arrivant n’aurait aucune hésitation à rentrer dans une taverne un soir, où de belles créatures conversent autour d’une table. Mais c’est bel et bien le soir que les drôles de dames montrent leur vrai visage…Lorsqu’elles se retrouvent en bande et que la nuit tombe, ces jeunes femmes qui ne font pas de vagues se retrouvent transformés…gare à vous enfants qui m’écoutés, les drôles de dames ne font pas de manière avec ceux qui les importunent…elles ont les crocs acérés et n’hésitent pas à sauter sur le premier homme qui passe, qu’il soit voyageur ou habitué, qu’il soit marié ou pas, lui mordant les mollets, les bras et le coups jusqu’a se que celui rende l’âme ou qu’il accepte de reconnaître leur supériorité…si cela vous arrive, courez si vous l’osez et sauvez votre peau ! Mais n’ayez pas trop d’espoir…quiconque est mordu par une DD n’en ressort pas totalement indemne…Leur morsure est redoutable et leur ténacité est contre nature, surement le secret de leur incroyable attirance vis à vis des hommes. Seul le tonneaux de bière qui les assomme ou le jour qui se lève peut vous sauver de leurs griffes.

Mais rassurez vous elles ne sont plus présentes physiquement…disséminés par l’amour ou autres conséquences funestes. Mais elles vivent toujours dans l’esprit de ceux qui les ont côtoyés, hantés à jamais par le souvenir douloureux de leurs morsures. La seule trace qu’il en reste et que l’on a pu retrouver est une chanson écrite par un rescapé de cette époque qui, tout en les côtoyant de près, a réussi à se tenir écarté de toute morsure funeste. Je vous la chante en ses mots.

A Ventadour quand vient le soir,
On perçoit des rires stridents
Dans une taverne on peut les voir
C’est ces drôles de dames que j’entends

Elles sont toutes de jeunes et belles
Femmes déjas mariées ou casées
Mais quand elles se retrouvent entre elles
Malheur aux hommes qui approcheraient

Elles sont toutes très sympathiques
Elles sont d’ailleurs très appréciées
Mais malheur à ceux qui ce risquent
A leur paraître déplacés

Car leurs sourires gracieux
Cachent des dents bien aiguisées
Et ils sont bien fort chanceux
Ceux qui n’y on pas goûtés

Malgré quelques petits défauts
Dus à leurs personnalisées
Grâce à elles il y a de l’ambiance
Dans tout les coins de la vallée

Quand l’une d’elles trouve un ami
La nouvelle est vite colportée
Et quand l’une d’elle se marie
Tout le village est invité

Mais lors qu’une d’elles part
Le village est dépeuplé
Plus aucun piaillement dans le soir
Le temps semble s’être arrêter

Mais la vie doit reprendre son cours
On est sur qu’on la reverra
Un beau soir, à Ventadour
On est sur qu’elle reviendra

Rieuse, buveuse, mordeuse, frappeuse,
Aimante, douce, charmeuse, grande d’âme
Rêveuse, râleuse, souleuse, merveilleuse
C’est comme cela une drôle de dame

Y’a pas à dire on les aime toutes
Même si elles nous font enrager
Et pour moi il n’y a aucun doute
Je ne pourrait pas les oublier


Cet écrit prouve si c’est nécessaire, la véracité de l’existence de ces mystérieuses femmes bien qu’il pose de nombreuses questions sur l’origine de leurs pratiques et de leur pouvoir d’attirance sur la gente masculine…"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stangel.forumactif.com
Bess
Admin
avatar

Nombre de messages : 2412
Localisation : Venta
Date d'inscription : 27/04/2007

MessageSujet: Re: Contes et légendes   Ven 08 Juin 2007, 17:27

Eilella a écrit:
(Voici sous la forme d'une fable, une histoire qui s'est déroulée récemment en taverne. C'est la première fable que j'écris, alors je vous prierais de faire preuve d'un peu de clémence face à une écriture qui pourra vous paraître un peu faible. Je tiens également à préciser qu'il se peut que certaines personnes se reconnaissent dans cette histoire. Je n'ai nullement eu l'intention de les blesser de quelque façon que ce soit en l'écrivant. Si c'était malheureusement le cas, je m'en excuse.)


Une autre histoire pour nos amis les loups.


Le Loup et les trois Biches

Par un soir sans nuages dans la Forêt des Mal-Aimés
Le Loup aperçut une jolie biche grise.
Ayant trotté tout le jour sans avoir rien mangé
Le Loup se dit qu’elle ferait une belle prise.

« Mais comment approcher pareil gibier » se demanda Loup
« Une danse ondulante pourrait la charmer » songea-t-il tout d’un coup.
C’est ainsi que le Loup amorça son approche
Ne rencontrant jusque-là point d’anicroche.

Ainsi se poursuivirent pendant un moment
Les longs mouvements ondoyants.
La biche grise charmée par la danse
Perdit alors toute méfiance.

« Ma foi voilà une proie bien facile » se dit le Loup
Quand soudain arrivèrent deux autres biches
Une biche brune pourvue de jolies miches
Et une biche fauve dont le pelage paraissait doux.

Le Loup devant tant d’abondance
Ne su plus où donner de la tête
Biche fauve et Biche brune n’étant point bêtes
Reconnurent en le Loup une menace à leur survivance.

Ne voulant point laisser Biche grise à un sombre destin
Biche fauve et Biche brune attirèrent le vilain
Voyant que le Loup ne s’occupait plus d’elle
Biche grise partit au moment où l’obscurité gagnait le ciel

Quand le Loup la vit partir
Il tenta une manoeuvre pour l’en empêcher.
Mais voyant également Biche fauve et Biche brune déguerpir
Son attention fut un instant détournée.

C’est alors que le Loup fit la pire rencontre de sa journée
Celle d’un arbre où il alla s’encastrer
Depuis ce temps les loups ne dansent plus sous la Lune
Mais hurlent contre les arbres leur vieille rancune.


(Tirez-en la morale que vous voulez!)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stangel.forumactif.com
Bess
Admin
avatar

Nombre de messages : 2412
Localisation : Venta
Date d'inscription : 27/04/2007

MessageSujet: Re: Contes et légendes   Ven 08 Juin 2007, 17:29

Shiska a écrit:
(Je profite du salon littéraire pour introduire une nouvelle rubrique que j’intitulerais « Contes et légendes ». Comme son nom l’indique cette rubrique pourra transmettre différents contes et autres légendes de Ventadour, du Limousin et plus encore. Le genre d’histoires que racontent les anciens auprès du feu ou autour d’une bonne chopine à la taverne ! N’hésitez pas à participer et à venir embellir les mémoires Limousines et les mythes de la mémoire collective !

Le premier récit est celui de la grotte de Ventadour. Respectez le RP et faites vous plaisir !)

Citation :
Héla visiteur infortuné dont le chemin te conduit en ces lieux. Ecoute donc l’histoire de se lieu, et prend conscience de la vérité enfoui sous le temps. Après avoir pris note du passé qui règne en maître en ses lieux à toi le choix de continuer ta route, mais une fois entré, seul toi peux t’extraire de tes démons. Ce lieu est un lieu à part, ou les esprits libèrent toute leur énergie néfaste mais le bonheur des couples n’y est pas le bienvenue et seul les esprits forts y ressortent indemne…


Il y a de cela assez longtemps, au temps ou une promesse était une promesse et ou le pêché était sévèrement puni, ou les gens anormaux ou bizarres étaient traqués comme des bêtes et brûlés en place publique…le temps ou les mythes fondaient la plus parts des connaissances. Ou des îles mystérieuses et autres créatures étranges pimentait les soirées de Ventadour…il n’y a pas si longtemps au fond….

La grotte fut découverte par un jeune couple en proie à la passion et à l’amour. Cette cachette était le refuge idéal de leur rendez vous secrets et à l’étalement de leurs sentiments. Un havre d’intimité à l’abri des regards indiscrets. Car il y avait des regards indiscrets, et indésirables…

En effet la jeune femme était mariée, mariée à un riche pêcheur du village, se qui satisfaisait tout le monde, sauf la concernée. La fête du mariage avait été somptueuse, les villageois montraient leur idylle comme modèle, les parents étaient très heureux de recevoir la parcelle de terrain qui leur avait été promise et les beaux parents voyaient en la jeune femme la mère féconde idéale. Mais le mari était possessif et jaloux et la jeune femme ne le supportait plus.

Lorsque les deux jeunes gens se sont rencontrés sur le marché le coup de foudre fut immédiat et ils passèrent plusieurs semaines à se donner secrètement rendez vous dans la grotte.

Tout allait pour le mieux dans se délicieux mensonge lorsqu’un jour se qui devait arriver arriva. Les jeunes gens se retrouvèrent à la grotte. Le mari, qui d’habitude pliait ses filets bien plus tôt et qui cette fois était mécontent de sa pêche repris sa barque et alla pêcher sur les bords du lac, non loin de la grotte…La jeune femme était distante et différente, se que ne tarda pas à découvrir le jeune homme. En effet elle lui avoua qu’elle était enceinte de lui, se qui bouleversa complètement le jeune homme. Celui-ci, choqué par cette annonce s’emporta et cria sur la jeune femme avec les larmes aux yeux tandis que celle-ci tentait en vain de le calmer.

Plus loin, le mari qui avait entendu des voies qui semblaient monter du sol alla accoster un peu plus loin sur la rive pour en avoir le cœur net. Le jeune homme, pris de panique, s’enfuit en courant de la grotte suivi par la jeune femme en sanglot qui le suppliait. Plus loin le mari qui était caché derrière un buisson regardait la scène avec rage. La jeune femme trébucha dans le sable et s’étala, criant son amour à son bien aimé avant que celui-ci ne disparaisse dans les buissons.

Complètement effondrée, la jeune femme revint dans la grotte où elle fondit en chaudes larmes. Quelques instants plus tard lorsqu’elle releva la tête, elle aperçu une silhouette devant l’entré de la porte. Croyant un instant que son amant avait fait demi tour son visage devint livide lorsqu’elle aperçu son mari tenant la tête de son amant par sa longue chevelure Brune. Le mari se jeta sur la jeune femme tandis que celle-ci le repoussa violemment, portée par une rage dévastatrice. Le mari recula puis trébucha sur un caillou, tombant à la renverse pour finir par heurter un rocher de plein fouet, se fracassant l’arrière du crâne.

On ne sait pas vraiment se qu’il advint de la jeune femme puisque seulement deux corps furent retrouvés mais plusieurs sources indiquent qu’elle c’est probablement jetée dans le lac par désespoir, emportant son enfant dans sa folie.

Une simple histoire de jalousie me direz vous…sauf qu’un être qui ne demandait qu’a vivre a péri dans les aux du lac. Beaucoup trop attaché à la vie pour partir ainsi…depuis se jour l’esprit de l’enfant hante cette grotte, lieu ou il aurait du voir le jour, maudissant les couples et tourmentant ceux qui ont des choses à cacher…Tout les couples qui ont eu le malheur de se rendre dans cette grotte ont éclatés ou ont perdu l’un de leurs membres…

Maintenant entrez si vous l’osez mais vous ne direz pas que vous n’avez pas été prévenu…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stangel.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Contes et légendes   

Revenir en haut Aller en bas
 
Contes et légendes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Contes et légendes de Kirin Tor
» [Fraouctor 642 - SM X] Contes et Légendes
» Contes et Légendes du Monde des Douze.
» Salle des contes et légendes
» Contes et Légendes .

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bess Saincte Merveille :: Royaumes Renaissants :: Ventadour-
Sauter vers: